Les anciens Lavoirs de Boult

Le saviez-vous ?
 
Dans le passé, chaque riverain de la Suippe possédait son lavoir personnel en bout de jardin.

A ce jour, il reste un lavoir privé que l'on peut voir en se promenant rue de la Suippe.

Particularité de ce lavoir : par un système de crémaillère, la planche à laver qui était mobile pouvait s'adapter au niveau de l'eau car n'oublions pas que le débit de la Suippe était irrégulier.
Par ce fait, la lavandière à genoux dans sa " boîte à laver " était moins courbaturée. Elle faisait bouillir le linge chez elle dans une lessiveuse puis venait au lavoir pour la suite. Avec le battoir (petite planche épaisse en bois avec un manche court) elle battait le linge sur la planche à laver inclinée pour évacuer le sale et rincer. Il ne s'agissait pas de laisser échapper un linge qui partait au fil de l'eau. Il fallait le récupérer plus loin et au plus vite ! Souvenir d'une enfant du village qui a connu cet exercice!
 
Boult sur Suippe possédait quelques lavoirs publics à ciel ouvert.
Ce type de construction s'est développé au 19e siècle suite à plusieurs épidémies et à la demande du gouvernement qui a voté une loi favorisant de nouvelles habitudes hygiéniques.

Le petit plus : les lessives en lavoir public (lieu de bavardage ) se faisaient le lundi, ainsi les lavandières racontaient leur dimanche, aussi, ne disait-on pas que c'était un endroit ou l'on blanchissait le linge mais salissait les gens ! !